RESUME de la PREDICATION de Fabien PALMIER du 19 mai 2018

 

Textes de références : Esaïe 54.5 – Ephésiens 5.25 – Jacques 1.19 – Colossiens 3.13

Aujourd’hui, un évènement important va être suivi par plus de deux milliards de personnes. C’est le mariage du prince Harry et de Meghan (la famille royale d’Angleterre). Les mariages sont des évènements qui passionnent, des moments de joie et de bonheur. En général, les futurs époux se regardent dans les yeux, remplis d’espoir et d’attente pour l’avenir. Tous les couples pensent que leur amour est spécial et que leur lien est si fort que rien ne pourra les séparer, peu importe les circonstances heureuses ou malheureuses. Tous aspirent et recherchent un bonheur durable. Mais en réalité les couples suivent généralement une de ces trois voies :

  • Ils restent ensemble par choix, recherchant le bonheur et cultivant un lien d’amour
  • Ils restent ensemble par défaut
  • Ils se séparent

Dans la plupart des pays du monde, entre 40% et 50% des mariages finissent par un divorce. C’est un vrai déchirement. Les couples ne font pas exprès de se séparer. Mais qu’en est-il de la promesse de rester ensemble unis pour la vie « jusqu’à ce que la mort nous sépare » ? Faut-il rafraîchir cette promesse ? « Unis pour la vie », mais de quelle vie parle-t-on ? « Jusqu’à ce que la mort nous sépare », la mort de qui, ou la mort de quoi ?

En tenant compte de cette réalité déconcertante, comment les couples peuvent-ils rester mariés une vie entière tout en restant heureux ? Est-ce possible encore aujourd’hui ? Le projet de Dieu pour le couple était merveilleux et ambitieux. Mais avec l’arrivée du péché, l’homme et la femme se sont complexifiés et apportent chacun leur histoire, leurs problèmes non résolus et leurs blessures. Nous comprenons la difficulté du projet de Dieu et il n’est pas question ici de pointer du doigt ceux qui sont en difficulté ou n’ont pas réussi à vivre cet idéal.

Ce matin, je vous propose d’évoquer quelques pistes de réflexion qui favorisent la bonne entente et les bonnes relations dans le couple.

Nous sommes tous tombés amoureux un jour, ou cela nous arrivera probablement. Nous parlons ici de ce sentiment qui nous fait vibrer lorsque nous rencontrons quelqu’un qui nous plaît. Nous tombons dans l’attirance et décidons de former un couple. Un couple, ce n’est pas seulement deux personnes, mais une cellule, et on identifie deux bornes qui nous aident à choisir :

  • Le modèle attendu : c’est le modèle fantasmé. Un projet construit en soi en nous projetant dans la vie à deux. On est le principal et l’autre est le secondaire. Plusieurs personnes peuvent répondre à ce modèle. Ce schéma s’appuie sur quelque chose qui vit en nous, construit depuis l’enfance, par notre famille, ou encore par notre éducation. Il est important d’avoir conscience de ce modèle attendu pour aller vers l’autre.

Le modèle interdit : celui ou celle qu’il faut à tout prix éviter.

Dans la construction du couple il y a deux temps : la rencontre, on attend la réparation de soi par l’autre, ça peut durer longtemps. Puis vient le deuxième temps qu’on appelle le choix. On accepte l’autre tel qu’il est. Car il y a un lien impossible avec l’autre qui relève de l’altérité. On ne sera jamais superposable mais on pourra se rapprocher. L’amour n’est donc pas qu’un sentiment mais un état et un mélange de trois choses : la volonté d’être ensemble, le choix d’être ensemble, la joie d’être ensemble.

L’alliance entre deux conjoints est une rencontre qui se transforme en un choix d’entretenir quotidiennement un lien. Ce lien d’amour est la clé. Tous nos efforts doivent être concentrés sur ce lien que nous devons cultiver. Avec le temps et les différentes situations de la vie, l’énergie que nous mettions au début pour nourrir ce lien s’estompe. Les études scientifiques ont montré que l’amour romantique est essentiel pour les êtres humains. Les psychologues et les sociologues savent maintenant comment fonctionne l’amour et ce que l’on peut faire pour que cet amour perdure.

De tous temps les êtres humains ont ressenti le besoin d’être lié à quelqu’un et ce lien procure un sentiment de sécurité et de bien-être. Nous recherchons l’autre afin de nous permettre d’atteindre un niveau de bonheur convenable dans le monde d’imperfections dans lequel nous vivons, quelqu’un qui va nous apporter amour, soutien et équilibre affectif.

Parmi les raisons de nous retrouver en couple nous avons :

  • La recherche de l’amour agapé : le besoin d’aimer et le besoin d’être aimé
  • La camaraderie, l’amitié : le partage de moments de joie
  • Le besoin de se sentir réalisé : l’épanouissement de l’estime de soi
  • Le partage sexuel réciproque : le support pour maintenir l’amour et l’unité, important aussi dans le couple
  • Le partage de paternité et de maternité : développer la responsabilité et la joie d’être parents malgré les soucis que cela appelle aussi

Solitude et isolement font partie de notre société et sont de plus en plus répandus.

Les scientifiques sont d’accord pour dire que les êtres humains ont aujourd’hui plus que jamais besoin d’entretenir des relations authentiques et durables et qu’il est possible de préserver ces liens.

La voie proposée par Dieu dans Ephésiens 5.25-31 est la voie par excellence. Car les liens d’amour développés dans le mariage sont comparables au lien de foi entre Dieu et l’homme.

Il y a un parallèle dans ce texte entre le lien de foi entre Dieu et l’homme et le lien d’amour et de respect qu’il y a dans le mariage entre une femme et un homme.

A la fin de la semaine de la création, Dieu fait le constat que tout était très bon à l’exception d’une chose : Adam est seul. Et il déclare qu’il n’est pas bon que l’homme soit seul, aussi Dieu décide de lui créer un vis-à-vis.

Nous pouvons tirer de ce texte de la Genèse (Genèse 1.30) les principes suivants donnés par Dieu :

  • Le couple est un moyen donné par Dieu pour se construire et s’épanouir, et non un but à atteindre
  • « Quitter, s’attacher et devenir » : cela devient un engagement durable à s’investir dans le mariage, même dans les situations difficiles. On ne parle pas des situations très graves telles que les violences conjugales, les abus ou encore les infidélités où là, il est nécessaire de consulter pour que cela cesse
  • Dans la Genèse, l’altérité est décrite comme étant positive, même si cela va à l’encontre de certaines idées sur le mariage qui débouchent sur des principes légalistes et inflexibles
  • Un autre point est mentionné : le respect de l’autre comme créature de Dieu. Egalité de création et de rédemption
  • La réciprocité et le dialogue
  • La co-responsabilité face aux enfants
  • La solidarité dans le projet du couple qui permet à l’autre de devenir auteur de lui-même : c’est un engagement à s’intéresser aux besoins de l’autre
  • Garder, cultiver et jouir du jardin : on peut comprendre cette recommandation pour le jardin d’Eden mais aussi pour le couple

Dieu a donc créé les êtres humains pour qu’ils cultivent des relations d’abord avec lui, puis avec les autres. Dieu savait en créant l’homme qu’il aurait besoin de relations pour vivre dans la confiance et l’intimité.

La Bible nous dit qu’Adam et Eve vivaient « tous deux nus et n’en avaient pas honte », et Dieu savait que ce taux élevé d’intimité impliquerait une grande vulnérabilité qui pourrait être dangereuse si elle n’était pas associée à un engagement et une alliance.

Malheureusement dans Genèse 3, nous constatons quelles furent les conséquences du péché sur Adam et Eve et sur leur mariage. L’admiration, la réciprocité du premier couple a laissé place à la défensive, aux reproches, à l’hostilité, à la séparation et à l’égoïsme.

Cependant, Dieu lui-même apporta la solution : l’espoir, grâce à Jésus.

Dieu a restauré son plan initial pour le mariage. Dans les évangiles, à chaque fois que Jésus parle du couple, il en revient toujours au commencement. Dieu aime ses enfants d’un amour infini. Il établit une alliance avec le peuple d’Israël. Dans le cadre de cette alliance, l’amour que Dieu nourrit pour son peuple est un amour qui dure, pardonne et restaure (2 Chroniques 7.14).

Dans Ephésiens 5, Dieu évoque la relation qu’il entretient avec son peuple en la comparant à un mariage, faisant ainsi du mariage le symbole de l’union du Christ avec l’Eglise. En s’appuyant sur ce texte, l’Eglise encourage les couples à nourrir un amour semblable.

Voyons maintenant cinq points (mais il y en a bien d’autres) permettant de favoriser le renforcement du lien d’amour dans le couple :

1/ Bâtissez votre mariage sur l’amour

En grec, il y a trois mots différents pour désigner l’amour :

  • EROS, ce qui nous attire irrésistiblement vers l’autre mais aussi le plaisir sexuel
  • PHILEO, l’affection entre amis, la complicité
  • AGAPÉ, l’amour qui est bon, pardonne tout, espère tout. C’est l’amour que Jésus a pour nous. C’est l’amour que nous sommes aussi appelés à mettre en œuvre dans le couple

L’amour, c’est comprendre l’autre, ne pas être égoïste. C’est un élément puissant qui permet de changer.

Dans son livre Les langages de l’amour, Gary Chapman nous présente les cinq langages de l’amour. Chaque personne est sensible au moins à un langage. Il y a les paroles valorisantes, les moments de qualités, les cadeaux, le toucher, les services rendus.

Quand on nous parle dans notre langage nous avons le sentiment d’être aimé et cela remplit notre réservoir affectif. Cela crée un climat épanouissant qui favorise le développement du lien d’amour dans le couple.

« Lorsqu’ils s’aiment, les pauvres sont riches, mais quand ils ne s’aiment pas, les riches sont pauvres ». Si vous ne connaissez pas quel est le langage de votre conjoint, demandez-vous de quoi il se plaint le plus.

2/ Accepter les défauts de l’autre 

« Une femme épouse un homme pour le changer. Un homme épouse une femme pour qu’elle ne change pas et reste la même ». Dans le cadre du mariage, il faut travailler à valoriser l’autre. Ni lui ni moi ne sommes parfaits.

On peut adapter au couple les paroles de Jésus dans Matthieu 7.1-5 : « Mari, pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l’œil de ta femme alors que tu ignores la poutre qui est dans le tien ? Comment femme, peux-tu dire : laisse-moi enlever cette paille qui est dans ton œil alors que tu as une poutre dans le tien ? Hypocrites, enlevez d’abord la poutre qui est dans votre œil, alors vous pourrez enlever la paille qui est dans l’œil de votre conjoint ».

Le principe est le suivant, s’occuper de ses propres défauts avant de s’occuper de ceux de l’autre. Et ce n’est pas chose facile. En moyenne, un homme trouvera 27 défauts chez sa femme, et seulement 4 chez lui. La femme ne fera pas mieux. Nous avons tous besoin de changer. Si on essaie de changer l’autre, cela commencera par une suggestion. Si cela ne fonctionne pas, s’en suivra une demande ouverte, puis une exigence de changer, débouchant finalement par de l’intimidation. Si, de guerre lasse, notre conjoint cède, il aura du ressentiment.

Au fur et à mesure que je découvre les défauts de l’autre, il faut que je trouve d’autres raisons de l’aimer. Pratiquons la grâce dans notre couple. La grâce est imméritée, on ne peut pas la gagner. Il faut donner de l’amour et non l’exiger. « Celui qui n’aime pas les défauts de l’autre ne peut pas dire qu’il l’aime. »

3/ Ecouter, écouter et écouter

L’écoute active dans le couple est un point important. C’est un besoin. Travaillons à passer d’une écoute égocentrique – son point de vue – à une écoute empathique – aller vers le point de vue de l’autre. Ecouter l’autre avec les yeux et le cœur.

Les textes de Proverbes 18.15 et de Jaques 1.19 nous invitent à apprendre à écouter.

Dans le couple il est bon de cultiver l’écoute, passant d’une communication de couloir vers une communication journalistique (les faits passés lors de la journée), vers des propos plus intellectuels (je donne mon avis), vers des propos émotionnels (je dis ce que je ressens) et vers enfin des propos honnêtes.

4/ Régler les conflits

Il faut lutter pour ne pas renoncer dès les premières difficultés. Un couple sans conflits n’existe pas. Nous avons forcément des manières différentes de voir. Il n’existe pas de compatibilité absolue. La différence est voulue par Dieu. Depuis l’apparition du péché, les hommes ont des difficultés à gérer la différence de point de vue. Il nous faut apprendre à gérer cette différence de manière positive.

Il y a plusieurs manières de gérer le conflit :

  • L’évitement : la tâche n’est pas accomplie, le problème reste là
  • Dominer l’autre : la tâche est atteinte mais elle entraine la frustration de l’un des deux
  • Trouver un compromis : le problème n’est pas résolu mais la situation est débloquée à court terme
  • Céder et se sacrifier : l’harmonie est préservée mais l’un est victime
  • Collaborer pour régler le différend : chacun apporte sa participation. On est attentif aux besoins de l’autre. C’est une relation gagnant-gagnant.

5/ Le pardon 

Le pardon est le début de la guérison, il libère. Le non-pardon apporte dans le couple de l’amertume. Le pouvoir de Dieu nous aide à pardonner.

Lorsque les couples traversent des épreuves, leur amour peut résister s’ils choisissent de construire sur le roc et de construire avec Christ.

Continuez d’être tels que vous étiez aux premiers jours, cultivez le lien d’amour entre vous.

L’amour est l’avant-goût des joies éternelles.