RESUME de la PREDICATION du pasteur Gabriel GOLEA du 18 novembre 2017

Que ton nom, Seigneur, soit à jamais loué !

Le baptême est cette décision importante qu’est l’alliance dans le Seigneur : choix d’être avec le Seigneur et de rejoindre une communauté.

La cérémonie de baptêmes est exprimée dans la Bible et nous avons des témoignages. L’apôtre Paul dans une de ses épîtres (Romains 6.4) nous dit : « Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. »

Jésus a été mis à mort (la Pâque que tous les chrétiens fêtent), il a été mis au tombeau et ensuite il est ressuscité. Paul dit que c’est une belle image, comparaison de ce qui se passe avec quelqu’un qui ne connait pas Christ et qui arrive à avoir la même expérience.

Tout d’abord il est mis à mort dans le sens où il termine avec sa vie antérieure, tout ce qui est mauvais. Le passé c’est fini, il va être enseveli, tous les dossiers anciens disparaissent. Et il y a une résurrection, et c’est ce qui se passe avec celui qui entre dans une alliance avec le Seigneur. Il commence une vie nouvelle.

Ce geste a deux significations :

– C’est un geste public car il faut avoir la foi dans le cœur mais c’est une proclamation. C’est la bonne nouvelle qui dit : « Jésus est mort pour moi et je suis sauvé ».

– Il exprime l’assurance du salut. Sur le plan spirituel, par le baptême, vous dites : J’ai l’assurance que mes péchés ont été pardonnés par les mérites de Jésus.

Nous retrouvons ce baptême à plusieurs reprises dans les Ecritures :

Déjà à l’époque des Israélites lorsqu’ il y a eu le tabernacle, puis ensuite le temple, il y avait certains objets qui étaient réservés à l’adoration, au culte, et parmi ces objets il y avait la cuve d’airain, un grand bassin où les prêtres devaient se laver. Ce geste symbolisait un acte de purification.

Au-delà de ces objets il s’agit de la conviction qu’il existe quelqu’un qui, dans la vie d’un croyant, est capable de laver.

Le passé qui parfois peut être lourd doit être présenté à quelqu’un capable de dire : « Je te pardonne. »

Nous lisons dans Marc au chapitre 1 que Jean baptisait dans le désert

Jésus, le Fils de Dieu, vint pour être baptisé aussi par lui.

Il était sans péché mais en acceptant le baptême, le rite de l’immersion, il montre ce qu’il faut faire, c’est un exemple.

Les premiers chrétiens ont pratiqué le baptême. Jésus avant son départ avait dit : « Allez vers toutes les nations prêcher la bonne nouvelle et baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »

Le baptême est un rite mais aussi une expérience. Le Seigneur nous appelle à faire alliance avec lui. Nous voulons lui dire combien nous l’aimons, que nous lui appartenons. Tout ce qui vient comme bénédiction vient de sa main, c’est lui le Créateur.

Par le geste du baptême, nous exprimons la volonté que Dieu règne dans notre vie. C’est le bon choix !

La vie ne s’arrête pas le jour du baptême ; les épreuves peuvent apparaître. Ce n’est pas parce que nous avons conclu une alliance que nous serons à l’abri des moments difficiles. Ce qui change, c’est de décider dans quel camp nous sommes.

Le Seigneur est notre Maître, c’est lui qui guide notre vie ; il est prêt à nous accompagner, à nous donner une vie nouvelle.

Que Dieu nous bénisse tous.