RESUME de la PREDICATION du pasteur J.J. CHAFOGRACK du 21 mai 2016

Lecture : Apocalypse 1.12-18

Nous sommes en l’an 95, soixante ans après la résurrection de Jésus-Christ et de sa promesse de revenir. Jean a vu des dizaines d’années s’écouler, l’Eglise s’accroître et atteindre les rives du bassin méditerranéen. Il a constaté la diversification des origines des chrétiens qui étaient issus du judaïsme au tout début, tandis qu’à la fin du premier siècle la majorité des chrétiens sont originaires du paganisme.

Jean est exilé sur l’île de Patmos et le bilan de son existence qu’il fait est dur à accepter : maintenant que tous les disciples sont morts, il est le dernier. Il se questionne sur l’avenir de l’Eglise.

C’est dans ce contexte qu’il reçoit une première vision où apparaît un être vraiment extraordinaire, aveuglant de lumière. Ainsi le Christ se dévoile à son serviteur comme Seigneur glorifié. Les sept étoiles qu’il tient dans sa main sont les sept églises et leurs destinées. Cela est rassurant pour Jean.

Jésus se tient au milieu des sept chandeliers d’or qui éclairent les ténèbres comme pour signifier qu’il est au cœur des défis à relever avec ses Eglises. C’est un rappel de sa promesse d’être avec nous jusqu’à la fin du monde.

Regardons le monde d’aujourd’hui : nous vivons de grandes mutations. Dans certaines régions du monde, le christianisme tend à disparaître complètement, comme au Moyen-Orient, pourtant berceau du christianisme. En Occident, nos régimes démocratiques laissent la liberté de pratiquer la religion, mais le post-modernisme s’étend irrémédiablement parmi nos contemporains, vidant nos Eglises. Dans les prochaines années, ce sera en Afrique que l’on dénombrera le plus de chrétiens. Nous devons affronter ces défis.

Jean vieillit. Il repense aux débuts de l’Eglise : la mise à mort d’Etienne, les persécutions menées par Néron, la pendaison tête en bas de Pierre, la décapitation de son frère Jacques ; maintenant l’Empereur Domitien qui conduit une nouvelle vague de persécutions. Jean a subi beaucoup de pression, sa vie est en danger.

Lors du sommet international des Sociétés bibliques qui s’est tenu aux Etats-Unis ce mois-ci, de nombreux témoignages sont venus interroger le croyant que je suis, installé en Europe.

Une femme a raconté comment elle a perdu son mari assassiné car il vendait des livres chrétiens dans sa librairie. A sa mort, elle a pourtant décidé de reprendre la librairie pour continuer à diffuser l’Evangile.

Au Népal, le gouvernement s’apprête à voter une loi pour interdire le prosélytisme, les baptêmes. Pourtant le responsable de la Société biblique du Népal est déterminé à ne pas changer pour autant l’ampleur de sa mission dans la diffusion de la Bible même s’il lui en coûte d’aller en prison.

Jean s’interrogeait sur le devenir de l’Eglise et Jésus lui apparaît. Il lui dit qu’il est la résurrection et la vie, le commencement et la fin. Bien que persécuté, il veut lui montrer qu’il détient la clé du séjour des morts. Mais Jean se sent faible, son fardeau est lourd. Alors Jésus le touche. Ainsi Jean retrouve des forces, il peut relever la tête.

A chaque fois que Dieu se manifeste il permet à l’homme de se relever. Nous avons tant d’exemples dans les Evangiles : le paralytique, les infirmes, la femme courbée… Daniel en fait l’expérience lorsque Michaël le touche : il retrouve le cœur, l’esprit, l’espérance.

Jésus marche au milieu de son Eglise. Il nous dit qu’il porte chaque chrétien dans son cœur, il est là, il veut nous relever. Il nous dit aussi que nous pourrons faire face à toutes les adversités car il est avec nous.

Soyons des chrétiens engagés, des hommes et des femmes de conviction, solidaires de ces frères au bout du monde.